30 mars 2016

Désenchantement


D'habitude je parle toujours de mes rentrées dans une nouvelle classe avec des petites anecdotes marrantes... Certains visiteurs qui sont simplement de passage sur mon blog auront peut être remarqué que je n'ai pas parlé de cette rentrée jusqu'à présent. J'étais plutôt contente de ce prochain remplacement, jusqu'à ce que je découvre LA classe.




On m'avait prévenue que ce ne serait pas de tout repos et ça s'est bien vérifié dès mes premiers jours, j'avais l'impression d'être dans un film ... vous savez les films où un remplaçant arrive en cours d'année dans une classe avec des futurs pré-ados qui sont là pour provoquer l'enseignant, qui lui lancent des sarbacanes dans le dos, qui rient dès qu'il a le dos tourné, qui répondent et tchipent à tout va de façon insolente, qui courent et jouent à "chat" dans les escaliers en criant, qui mangent des bonbons et jettent les papiers parterre dans la classe, refusent d'obéir à l'enseignant, qui se jettent dessus et s'arrachent les pieds pendant les cours de danse, qui encerclent un élève qui a cafté un autre, qui traitent le maître de "pas gentil, injuste, moche, avec aucun sens de l'humour, pas souriant,..." et de plein d'autres choses plus vulgaires ... eh bien j'étais dans ce film.

Ce n'est pourtant pas la pire des classes du monde, certes, surtout qu'il y a peu d'élèves et que tous ne sont pas comme ça (heureusement!), mais le fait que j'arrive en cours d'année et qu'ils veulent se rendre intéressants au yeux de leurs camarades eh bien c'est moi qui en paie les conséquences et c'est sur moi qu'ils se déchaînent.

Je savais que des adultes (CPC, inspecteurs ou formateurs) pouvaient nous dégoûter de continuer notre métier, que des parents pouvaient avoir de mauvais propos à notre égard (ou plutôt sur ce que l'on représente), mais j'ignorais (ou plutôt je n'avais encore jamais vécu cette situation) que des élèves pouvaient nous couper l'envie d'exercer notre métier avec passion, essayer de tout faire pour nous mener à bout, être capables d'une telle méchanceté et malhonnêteté, ne plus nous donner l'envie de leur apprendre des choses de façon ludique, ne plus avoir envie de rire avec eux, ...

Je ne m'étalerai pas davantage sur le sujet car je n'aime pas trop me plaindre sur le net (bien que je raconte souvent des parcelles de ma vie ^^) et j'en ai déjà assez dit, mais voilà le décor dans lequel je suis plantée en ce moment.
J'essaie de positiver en me disant que ça pourrait être bien pire ailleurs, que ça me formera et puis aussi pour me prouver à moi-même que je peux réussir à faire des choses avec une classe qui me met des bâtons dans les roues, parce que les CPC me disaient toujours : "Vous y arrivez bien dans cette classe parce que ce sont des petits : ils sont en Maternelle, mais vous n'y arriveriez pas avec une classe de CM2", "Vous arrivez bien à gérer votre classe de CM2 cette année, mais c'est parce que vous êtes dans un milieu favorisé, vous seriez dans un autre milieu vous n'auriez pas l'autorité suffisante", ...etc.

J'espère donc pouvoir vous conter des anecdotes plus marrantes concernant l'école dans les prochains jours à venir... A bientôt !

1 commentaire:

  1. Je te souhaite beaucoup de coeur et de courage, ma belle.
    ne perds pas ton sens de l'humour il est précieux dans ce métier...
    ll te sauvera de nombreuses fois.
    http://celestinetroussecotte.blogspot.fr/2013/09/controle-technique.html
    Bisettes
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer