05 août 2015

Ma vision de Paris

Il y a quelques temps je vous avais parlé de livres que j'avais repérés en magasins : ici, je me suis acheté "Mon carnet de flâneries à Paris" d'Eve Raspberry : j'ai craqué devant ce livre original et ses dessins minutieux, ça me donnait envie de les compléter. Je vous mets quelques extraits de ce que j'ai compléter juste ici :



Ça me donne envie de vous parler de Paris tout ça ... après tout je raconte un peu ma vie sur ce blog, donc pourquoi pas ...



Quand j'étais petite j'allais surtout à Paris avec ma famille au jardin d'acclimatation avec ses gros ours bruns et ses petites attractions et jeux d'extérieur pour enfants. 


 

J'avais aussi été à la Tour Eiffel, j'ai pensé jusque très tard qu'elle avait plus d'une dizaine d'étages (je ne vous dévoilerai pas jusqu'à quel âge j'y ai cru, sans quoi vous risqueriez de vous moquer ^^). 


La première fois que j'ai été à Paris sans ma famille c'était avec deux amies de lycée dont ElleB avec qui je suis toujours en contact aujourd'hui. C'était pendant les grandes vacances entre la 2nde et la 1ère. Ce devait être une des premières fois que je prenais le train et le métro : je ne comprenais strictement rien aux affichages et je me disais que jamais je ne réussirai à me repérer toute seule si un jour je devais aller à Paris.

Et puis, une fois mon Bac littéraire option Maths obtenu, j'ai été acceptée à la Sorbonne (Paris IV) en LFTI ... quand je disais ça aux gens ils me regardaient bizarrement en me demandant "confettis ?" ... oui bon en fait c'était une filière spéciale où nous étions une classe à effectif réduit, ça signifiait "Langue Française et Techniques Informatiques", pour les cours en amphi nous étions mélangés avec d'autres filières (lettres modernes, anciennes, appliquées, ...).


Quand j'ai su que je devrais aller à Paris en transports en commun toute seule et que je ne connaissais personne, je ne vous raconte pas le flip ! Mon père avait tenté de m'accompagner pendant un trajet pour me montrer lequel prendre. Mais toutes ces pancartes, panneaux, chemins, voies semblaient un labyrinthe pour moi ... je me suis dit que je n'y arriverai jamais seule ... mais j'ai dû me faire violence (en même temps fallait bien que j'aille en cours ...) et je me suis forcée à demander mon chemin aux passants que je croisais. C'est comme ça que je suis devenue moins timide (oui j'ai été une très grande timide avant l'Université !).

Certains cours à la Sorbonne étaient assez spéciaux dont "la logique" où nous faisions des Mathématiques à partir de phrases du Français (p^q -> r ...), on ressortait du cours la tête en compote. J'aimais beaucoup les matières "linguistique" et "conception de site web" c'est d'ailleurs grâce à ça que j'ai ouvert mon site web actuel, parce que je ne voulais pas perdre la main en HTML et CSS, mais pour une question pratique j'ai dû l'héberger sur Blogger depuis 2014. Avant de créer ce site "Aurélie Lemon", j'avais déjà créé quelques sites dans le cadre scolaire quand j'étais en Licence. Nous devions choisir un thème spécial ... sauf que je n'avais aucune idée sur quoi le faire et je n'étais fan de personne en particulier. J'avais donc choisi Marilyn Monroe comme c'est une star internationale et indémodable. Mon prof prenait toujours mes sites en exemple pour montrer aux autres ce à quoi ils pourraient arriver en rajoutant plus de fonctionnalités à leur site. Bon ok ... j'arrête de me la péter :P ... mais c'est rare que je puisse, comme je n'ai aucun talent ^^. Quoi qu'il en soit en prenant du recul mon site n'était pas spécialement beau ...



Puis on a dû créer un second site web, j'avais choisi le thème "beauté" (non ce ne sont certainement pas les youtubeuses beauté qui m'avaient inspirée puisque ce n'était pas la mode à l'époque, et je ne connaissais pas leurs chaines).




En 3ème année de Licence j'ai décidé d'arrêter la filière LFTI parce que je détestais la Programmation avec le JavaScript, je ne comprenais strictement rien. Je me suis donc inscrite en L3 Sciences du Langage option Professorat des Ecoles et j'ai dû m'inscrire aussi au "footing et renforcement musculaire" qui avait lieu  la Cité Internationale Universitaire de Paris (super cadre ! On aurait dit qu'on rentrait dans un château), je vous en parle d'ailleurs ici dans ma rubrique "Sport".
Puis pour mon Master, je suis rentrée à l'IUFM de Paris. J'aurais pu aller dans un IUFM plus proche de chez moi, surtout que je ne connaissais personne qui allait au même établissement, mais je m'étais habituée au cadre de Paris et je ne me voyais pas continuer mes études ailleurs. J'aimais prendre les transports en commun et écouter les conversations des gens, j'aimais flâner dans les boutiques parisiennes et dans les rues, pendant mon option "professorat des écoles" en L3 j'avais beaucoup aimé l'établissement et les professeurs de l'IUFM de Paris, et puis tout le monde n'a pas la chance de pouvoir étudier à Paris. 
J'ai passé des épreuves pour pouvoir faire mon M1 en alternance (oui ... sur Paris ils ne prenaient pas tout le monde ... alors que ça aurait été largement plus formateur) et j'ai été acceptée. Les stages se déroulaient un jour par semaine en binômes (donc nous étions deux étudiantes dans une même classe) : c'était de l'observation, de la pratique accompagnée et de la responsabilité. J'ai été affectée dans le XIIème arrondissement en CE1 et GS (avec un super projet mené). Ce fut une belle expérience. 

Mais toute histoire a une fin ... pour ma seconde année de Master j'ai dû changer d'IUFM (qui est d'ailleurs devenu une ESPE la même année) pour me rattacher à l'académie dans laquelle je voulais passer le concours (en l’occurrence : l'académie de Versailles). 
Adieu Paris ! Adieu les après-midis shopping à Châtelet les Halles/ les 4 Temps/ sur le boulevard St Michel, ... ! Adieu les flâneries sur le boulevard Haussmann (oui pas de shopping parce que ce n'était pas tellement mon budget hein !) ! Adieu les spécialistes de santé qui avaient des salles d'attente somptueuses dignes de grands hôtels ! Ça a été dur de me dire que je reviendrai que très rarement à Paris, voire plus du tout. Bah oui ... en voiture c'est une grosse galère pour circuler et trouver de la place (bon de toute façon ce ne serait pas moi qui aurait décider de m'aventurer à Paris en voiture!), ma carte Imagine R ne contenait plus cette zone, et un ticket aller/retour ou illimité Paris pour un jour est un peu trop cher. 
Finalement si on reprend mon récit de départ on en arrive à un opposé : au début je ne connaissais pas du tout Paris et les transports en commun me faisaient très peur, et j'ai fini par connaitre les transports en commun parisiens comme ma poche et à apprécier Paris. 

J'avoue que depuis, je n'y suis pas vraiment retournée souvent à Paris. J'ai dû y revenir seulement 3/4 fois et quand j'y retourne je n'aime plus du tout l'ambiance, je ne me sens pas à ma place, je trouve les gens étranges, il n'y a plus autant de magie et je ne suis plus attirée par cette ville, et je déteste prendre les transports en commun depuis que je suis véhiculée. C'est assez étrange quand on y pense comme nos avis peuvent changer selon qu'on soit dans un lieu ou dans un autre. 

Bon ... voilà c'est enfin l'achèvement de ma parenthèse nostalgie que j'avais à vous conter pour aujourd'hui. 

Je terminerai simplement par la mise en ligne et mon partage de certains de mes cours de Sciences du Langage à la Sorbonne, sans quoi ils se perdraient parmi la masse de documents que j'ai sur mon PC et ça peut toujours être utile à je ne sais qui ou simplement pour alimenter votre culture générale ...

Poésie : Rimes  -  Versification

1 commentaire:

  1. Le cahier de dessins est top ! Je ne l'ai pas mais c'est vrai que c'est tentant, pour soi ou pour des élèves ! Ca peut aussi nous donner des idées d'activités en art plastique.
    Tes dessins sont superbes, ça va bien avec les dessins de base !

    RépondreSupprimer